Militaria1940
Bienvenue sur le forum Militaria1940, consacré au Militaria Français de 1940 !
Avant tout message, pensez à vous présenter dans la partie "Présentez-vous" !

Militaria1940

Forum consacré à l'uniformologie et l'Histoire de l'armée Française de 1939/40
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les insignes d'Infanterie en 1939-1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 16:44

LES REGIMENTS D'INFANTERIE
.

Le 19° Régiment d'Infanterie :

Dissous en 1920. Le régiment est reconstitué le 5 septembre 1939 par le CMI 114 de Landerneau sous les ordres du commandant Bretillon, il appartient à la 22e division d'infanterie, de série A, (XIe corps d'armée, 9e armée). Le régiment monte en ligne dans le secteur de Waldweistroff dans la région de Thionville, le 25 décembre 1939, y séjourne jusque fin février 1940.

La 22e DI est concernée par la manœuvre Dyle, elle doit gagner la Meuse pour l'occuper entre Vireux-Molhain et Hastière. Un détachement dit « de Givet » comprenant le 19e RI est chargé d'organiser la position sur la Meuse française au cours de la Drôle de guerre.

Le 19e R.I. est dirigé sur les Ardennes puis dans le secteur de Givet du 15 mars au 10 mai 1940, jour de l'offensive allemande en Belgique. Le régiment franchit la frontière et prend position sur 8 kilomètres de front entre Bac du Prince et la boucle de Waulsort et reçoit, le 14 mai 1940, le choc ennemi dans des conditions de défense les plus mauvaises. Retraite par Couvin vers la forêt de Saint-Michel. Le 19e R.I est anéanti. Le 19 mai, le drapeau doit être brûlé à la Terrière (Nord) pour échapper aux mains de l'ennemi.



Le 26° Régiment d’Infanterie :

Le 17 mai le 26e régiment d'infanterie de la 11e division, dont la mission est d'établir une tête de pont à Choisy, au nord de la rivière, et défendre l'Aisne et la lisière nord de la forêt de Compiègne. Le secteur de Choisy est affecté au 2e bataillon, renforcé par une compagnie d'engins et une section anti-chars polonaise.

Le 20 mai 1940, un bataillon du 141e régiment d'infanterie alpine, venu de Meaux, est mis à la disposition du commandement pour assurer la protection des ponts de Compiègne, Choisy-au-Bac, le Francport et Rethondes. La situation reste calme jusqu'au 5 juin.

Dans la nuit du 6 au 7 juin 1940, les forces françaises de Noyon se replient et la 11e division entre en contact avec l'ennemi. Le 10 juin 1940 à 21 heures, le 26e régiment décroche et Choisy-au-Bac est occupé. Quelques maisons, dont le presbytère, sont incendiées. La commune est très près de la zone interdite dont la ligne frontière passe par Noyon.

Modèle 1935

Le 27° Régiment d’Infanterie :

Régiment d'infanterie motorisé d'active, dépendant du centre mobilisateur d'infanterie 81, à la 8e région militaire, le régiment étant caserné à Dijon. Ce régiment fut commandé par le colonel Quantin (qui fut tué le 29 mai 1940) puis par le commandant Gaillache (qui fut fait prisonnier le 29 mai 1940)


AS-GMO a écrit:

Voici son dos :
L'insigne du 27ème RI trouvé récemment, que j'ai oublié de vous présenter, fabrication Arthus Bertrand Paris Déposé.


Le 37° Régiment d’Infanterie :

1939-1940 : Secteur fortifié de Rohrbach, sous-secteur de Bitche : 37e RIF (régiment d'infanterie de forteresse).

110RI a écrit:

Bonjour, voici un insigne du 37° RI
a+ Vincent
.



Le 41° régiment d’infanterie :

Le régiment, dont la garnison est à Rennes, sert au sein de la 19e DI sur la Sarre, sur le Somme et sur l'Oise. À l'époque, le régiment est un régiment d'active de type "nord-est" à trois bataillons. Début mai 1940, le 41e RI est stationné à Dietwiller au sud de Mulhouse, pour défendre le Rhin entre Neuf-Brisach et Kembs. Il est commandé par le lieutenant-colonel Camille Loichot depuis le 9 avril 1940.
Le 15 mai, le 41e RI reçoit l’ordre de se tenir prêt pour faire mouvement. Le 19 mai, le régiment arrive à Ressons-sur-Matz, puis par camion et à pied, il remonte vers le Nord, et arrive dans le Santerre, au sud de la Somme. Il stationne à Estrées-Deniécourt et dans ses environs. Le P.C. du régiment est à Vermandovillers.
La mission générale initiale était de tenter le passage de la Somme dans le cadre d’une offensive visant à relier les armées alliées du Nord. Devant l’impossibilité de monter une telle offensive, la mission devient défensive, et donc d’empêcher les Allemands de franchir la Somme et de progresser vers Paris. Mais les Allemands ont déjà établi des têtes de pont d’infanterie sur la Somme entre Amiens et Péronne et au sud de Péronne.
Mi-juillet , les unités constituant la 19e DI dont le 41e RI se regroupent au sud de Limoges pour procéder à la dissolution de la division et à la démobilisation des hommes.



Le 46° Régiment d’Infanterie :

Fidèle à sa devise, Il succombe héroïquement sur l’Aisne à Asfeld le 10 juin 1940, il reste alors 6 officiers, 8 sous-officiers et 82 soldats. Mais il sera dissous dès la création de l'armée d'armistice.

Photo Lorenzo G


Le 62° Régiment d’Infanterie :


marvin44 a écrit:
Bonsoir
Voici un bon insigne du 62° régiment d’infanterie fabrication avant 1940.

Le 62e régiment d'infanterie est formé à Lorient le 15 septembre 1939, par le CMI no 112, Réserve A RI type NE.
Il passe par Saint-Mihiel, puis s'est dirigé vers la frontière luxembourgeoise. En décembre 1939, il est sur le Stronverg, le 28 décembre, il est à Bougainville. En mars 1940, il est à Saint-Jean de Montmeillant et dans la région de Rethel ; en avril, il se prépare à la manœuvre de Belgique par Givet.
Il est affecté à la 22e division d'infanterie (XIe corps d'armée, 9e armée) qui doit participer à la manœuvre Dyle en gagnant et occupant la Meuse entre Vireux-Molhain et Hastière.


Le 71° Régiment d’Infanterie :

A la mobilisation, le 71e régiment d'infanterie est alors sous les ordres du colonel Astolfi, puis à compter du 20 avril 1940 du lieutenant-colonel Béguier, puis le 10 juin 1940 du commandant Martin, enfin, le 17 juin 1940 du commandant Bacquerie ce, jusqu'à l'armistice du 25 juin 1940.
Le régiment est d'abord affecté en 1939 à la 19e division d'infanterie (composée du 41e RI, 117e RI et du 10e RAD et 21e GRDI ), puis le 11 mai 1940 à la 27e division d'infanterie alpine et devient alors le 71e régiment d'infanterie alpine.
régiment de type Active A RI type NE; il est mis sur pied par le CMI 44 Saint-Brieuc.

Décembre 1939
Combats aux avant-postes (AP) de la Sarre, d’Alsting à Welferding.

7-10 juin 1940
Combats meurtriers à l’est de Soissons (plateau d’Acy ; Billy-sur-Aisne, où les 1re et 2e compagnies du 1er bataillon mènent une contre-attaque victorieuse le 8 juin matin et font une quarantaine de prisonniers allemands ; Serches) et sur la rive gauche de l’Ourcq (Trugny, Armentières, Nanteuil-Notre-Dame, Bruyère-sur-Fère, Coincy, Brécy, Rocourt, Épieds).
Les pertes sont lourdes : 8 officiers, 32 sous-officiers, 155 caporaux et soldats tués9 ; le lieutenant-colonel commandant le régiment, une quinzaine d’officiers et environ 200 hommes faits prisonniers.
10-22 juin 1940
Repli, souvent à pied, des détachements encore au combat, séparés les uns des autres par l’avancée motorisée des forces allemandes, tout en menant des combats retardateurs contre l’ennemi : la Marne est traversée le 10 juin, la Seine le 13/06, l’Yonne le 15/06, la Loire le 16/06, le Cher le 18/06.
Depuis le 17 juin, les rescapés du 71e RIA et des autres unités de la 27e division d’infanterie alpine sont regroupés pour former deux bataillons.

22-24 juin 1940
Les hommes du 71e RIA préparent la défense de la ville d’Eymoutiers (Haute-Vienne), jusqu’à l’entrée en vigueur de l’armistice le 25 juin, à 1 h30.
Bilan de la campagne 1939-1940
Au 2 septembre 1939, les effectifs du 71e RI s’élevaient à 84 officiers, 333 sous-officiers et 2 601 caporaux et soldats. Le 25 juin 1940, le 71e RIA ne comptait plus que 20 officiers, 44 sous-officiers et 399 caporaux et soldats.


Photo Touchon

Le 91° régiment d’infanterie :


Arden40 a écrit:
Bonjour à tous, petite rentrée dans mon thème...
Le 91 éme RI, une fabrication ABPD :
Bonne journée
Clément

Le 91e régiment d'infanterie est l'un des trois régiments d'infanterie de la 3e division d'infanterie motorisée, cette division est placée en réserve de la 2e armée4 qui doit en premier lieu protéger la ligne Maginot d'une manœuvre de contournement.

Bataille de France et bataille de Stonne.

49e bataillon de chars de combat le 13 mai 1940 au 8 juin 1940. À 20 h 45, le bataillon est établi en stationnement gardé au sud de Stonne, lorsqu'il est avisé que l'ordre primitif est annulé. Le bataillon est mis à la disposition du 91e régiment d’infanterie motorisée sous les ordres du lieutenant-colonel Jacques (sous-secteur ouest de la 3e DIM) dans les conditions suivantes :
- une Compagnie (1re), doit se porter dans la région nord-est de la ferme de la Tuilerie (route Tanay-Chemery) ;
- une Compagnie (2e) vers le château du Mont-Dieu. Le 18 mai, des missions d'appui sur les bois du Mont-Dieu sont effectuées au profit du 91eRIM ;
- une Compagnie (3e), vers la Grange au Mont.

PC BCC, Ferme de la Tuilerie avec PC 91e RIM. Le bataillon reçoit le renfort de cinq chars du 45e BCC (trois de la 1re et deux de la 2e).

Le 22 mai - Au matin le bataillon reçoit l'ordre d'occuper défensivement le bois du Mont-des-Grues (2 km est de Brieulles-sur-Bar).
Dans l'après-midi la 2e Cie exécute plusieurs contre-attaques locales avec les 51e, 67e et 91e RIM empêchant leur encerclement et infligeant à l'ennemi des pertes sévères.
Les éléments combattants sont prisonniers, ainsi que leur chef de corps le lieutenant-colonel Jacques, le 18 juin 1940. (Source Wiki)


Le 94° Régiment d’Infanterie :

En 1940 le régiment est sous les ordres du Colonel Gregy, il appartient à la 42e Division d'Infanterie. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; Réserve A RI Type NE; il est mis sur pied par le CMI 62 Bar-le-Duc.

Le 110° Régiment d’Infanterie :

Le troisième insigne "le losange sans croix de lorraine" par 110RI
Le projet du chef de corps qui est de remettre un insigne à tous les hommes étant toujours en attente, et aux vu des événements de 1936 en Espagne, qui mettent cette période en pleine période anti-cléricale, l'insigne fut modifié, la croix et le houx rappelant trop Noël et l église, il fut décidé de l'enlever.
La forme générale ne fut pas modifiée et garda l'écu de demoiselle (losange), le drapeau d’Écosse fut agrandit le chardon devenant ainsi le centre de l'insigne rappelant ces affiliations du régiment d O’gilvy, en pointe on place le blason de la ville de Dunkerque de 1696 ville de garnisons du régiment. On laisse aussi la fourragère et la couronne d'Angleterre, en chef a été mis le N°110, le tout étant bordé de rouge avec la devise « qui s'y frotte s'y pique » (devise du régiment)

Campagne de Belgique; Poche de Lille intégré dans le Groupement Molinié; Bataille de Dunkerque
Le 26 mai 1940, à Houlle 13 soldats français membres du régiment fait prisonniers sont tués par la 1re Panzerdivision SS Leibstandarte-SS-Adolf Hitler.
Réorganisation en Normandie puis dissolution

Photo 110RI

Le 241° Régiment d’Infanterie :

Division de série B, composée d'un grand nombre de réservistes, la 60e division d'infanterie est mise sur pied au cours de la première quinzaine de septembre 1939 dans la IV région militaire (Rennes, le Mans, Tours et Rochefort). Comprend le 241e RI, le 270e RI et le 271e RI Elle est commandée par le général de brigade De Montavilet, puis, à partir du 1er janvier 1940, par le général de brigade Deslaurens. le 16 octobre 1939, elle est rattachée au 16e corps et établit son PC à Esquelbecq. Elle occupe alors un secteur de front, face à la frontière Belge, entre les Moëres et Dunkerque. À la date du 10 mai 1940 le 241e RI est commandé par le colonel De Chilly, le 270 e RI par le lieutenant-colonel Falleur et le 271e RI par le colonel Périer. Son unité de reconnaissance, le 68e GRDI est sous les ordres du commandant O'Mahony, son régiment d'artillerie, le 50e régiment d'artillerie divisionnaire est sous les ordres du lieutenant-colonel Joudan. En mai 1940, la 60e DI est loin d'être complète. Elle est déficitaire en cadres et en personnel ainsi qu'en armement individuel (mousquetons et revolvers). Son armement antichar n'est pas complet (il manque notamment dans les régiments), ses mortiers de 81 mm sont périmés et dépourvus d'appareil de pointage, son matériel auto est déficitaire et en mauvais état. La bataille du Nord, combats de Belgique et de la Hollande, percée de Sedan le 10 au 15 mai 1940. L'encerclement de la 1re armée et de la BEF (Corps expéditionnaire britannique|British Expeditionnary Force-BEF) le 16 au 22 mai 1940. Le 17 mai, dans la soirée la 7e armée a entièrement évacué le territoire Belge. Seules les 60e et 68e divisions d'infanterie, regroupées dans la région de Thourout et formant le 16e corps d'armée du général Falgade restent sur place pour soutenir l'armée Belge. La BEF se replie sur une ligne Douai-Péronne. La 1er armée recule du canal de Charleroi vers la position frontière. En face la 6e armée allemande entre dans Bruxelles. Dans le secteur sur l'Axe Laon-Moncornet se solde par un échec. La Gruppe Kleist du nom de son chef, le general der Kavalerie Ewald von Kleist (armée Allemande) redoutable force de frappe comprenant 5 divisions blindées la 1re, 2e, 6e, 8e et 10e Panzerdivision, 3 division et une brigade motorisés a établi solidement une tête de pont au-delà du canal Oise-Sambre. La route de Saint-Quentin est ouverte. À Vincennes, Gamelin, qui considère la situation comme perdue, déclare à Paul Reynaud qu'il ne garantit la sécurité de Paris que pour le lendemain et pour la nuit suivante et qu'il convient dès maintenant d'envisager l'armistice..

Photo Touchon

Le 271° Régiment d’Infanterie :

Division de série B, composée d'un grand nombre de réservistes, la 60e division d'infanterie est mise sur pied au cours de la première quinzaine de septembre 1939 dans la IV région militaire (Rennes, le Mans, Tours et Rochefort). Comprend le 241e RI, le 270e RI et le 271e RI Elle est commandée par le général de brigade De Montavilet, puis, à partir du 1er janvier 1940, par le général de brigade Deslaurens. le 16 octobre 1939, elle est rattachée au 16e corps et établit son PC à Esquelbecq. Elle occupe alors un secteur de front, face à la frontière Belge, entre les Moëres et Dunkerque. À la date du 10 mai 1940 le 241e RI est commandé par le colonel De Chilly, le 270 e RI par le lieutenant-colonel Falleur et le 271e RI par le colonel Périer. Son unité de reconnaissance, le 68e GRDI est sous les ordres du commandant O'Mahony, son régiment d'artillerie, le 50e régiment d'artillerie divisionnaire est sous les ordres du lieutenant-colonel Joudan. En mai 1940, la 60e DI est loin d'être complète. Elle est déficitaire en cadres et en personnel ainsi qu'en armement individuel (mousquetons et revolvers). Son armement antichar n'est pas complet (il manque notamment dans les régiments), ses mortiers de 81 mm sont périmés et dépourvus d'appareil de pointage, son matériel auto est déficitaire et en mauvais état. La bataille du Nord, combats de Belgique et de la Hollande, percée de Sedan le 10 au 15 mai 1940.

Photo Touchon

_________________
1er Génie Toujours Brave


Dernière édition par Lorenzo G le Sam 17 Sep 2016, 13:28, édité 39 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 16:45


Le 22° Régiment d’Infanterie de Forteresse (R.I.F) 2° Bataillon:

Mobilisé le 22/08/1939 à Drachenbronn (67) à partir du I/23e R.I.F. du temps de paix. Installé sur la ligne Maginot (Secteur Fortifié de Haguenau). Le 1er bataillon se replie sur ordre le 14/06/1940 vers les Vosges, il est capturé à Héricourt (70) le 19/06/1940. De leur côté, le 2e bataillon et les équipages d’ouvrages sont désarmés et se rendent sur ordre le 01/07/1940.

Photo Bunkerhill

Le 79° R.I.F :

Le 79e revoit le jour en 1939 comme régiment d'infanterie de forteresse et est affecté au secteur fortifié de Haguenau où les éléments des ouvrages ne se rendent, invaincus, qu'après l'armistice, alors que les 2/3 du régiment se battent bravement à Remiremont, Luxeuil et Faucogney.
Le 79e RIF comprenait un corps franc.
Devise : Résiste ou crève.

Photo Bunkerhill

Le 128° R.I.F :

Le 128ème RIF est rattaché au 42ème corps d'armée de forteresse.
Il était implanté dans le Secteur Fortifié de la Crusnes, Sous Secteur d'Aumetz
(PC Serrouville)

Photo Bunkerhill

Le 146° R.I.F :

le 146e RIF reçoit le sous secteur du bois des Chênes (de l'Ubernied à l'ouvrage de Laudrefang exclu).
Le PC du régiment passe du Steinbesch à Pontpierre en novembre 1939.
Insigne présenté : 146e Régiment d'Infanterie de Forteresse type 2 - Période 1938-1940

Photo Bunkerhill

Le 154° R.I.F :

Entre-deux-guerres

En 1926, est décidée la construction d'une ligne défensive française le long de la frontière, appelée ligne Maginot, portant le nom du ministre qui fait voter ce projet à l'époque. La casemate de Neunhoffen est occupée par les militaires du 154e R.I.F. (régiment d'infanterie de forteresse), issue du 37e R.I.F.

Seconde Guerre mondiale.


Le 154e R.I., qui tenait garnison à Lérouville avant 1914, est remis sur pied le 25 août 1939 à Bitche, sous le nom de 154e régiment d'infanterie de forteresse.
Il appartient au 43e corps d'armée de forteresse. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A R.I.F. type Metz/Lauter ; CMI 203 Bitche / Sarrebourg. Il est aussitôt affecté au secteur fortifié de Philippsbourg, dont il assure la garde pendant la « Drôle de Guerre ». En juin 1940, le régiment est disloqué. Alors que ses compagnies d'équipages d'ouvrages résistent avec succès à la poussée allemande (elles ne se rendent que le 1er juillet, sur ordre, sans avoir été vaincues), les sections de mitrailleuses du 15-4 sont entraînées dans la retraite vers le massif des Vosges.
Monument érigé en souvenir de l'incinération du drapeau de 154e RI par ses officiers.
Dans la nuit au 25 au 26 juin (après l’armistice du 22 juin 1940), le colonel Bourgeois du 154e R.I.F. décide de brûler le drapeau du régiment. Une fois la crémation accomplie, le commandant Bouchon et le capitaine Boisselet procèdent à l'enfouissement de la pointe de lance de la hampe, dans un petit bois situé près du cimetière du Donon.
Le 27 juin 1940, les survivants du 154e R.I.F. repliés au sommet du Donon dans les Vosges, avec le 43e corps d’armée de forteresse du général Lescanne (environ 20 000 hommes) sont capturés par la Wehrmacht. (source Wiki)


Photo 110RI

Le 165° R.I.F :

Formé le 25 août 1939 sous le nom de 165e régiment d'infanterie de forteresse, il appartient au secteur de défense des Vosges, puis au 43e corps d'armée de forteresse.
Devise : Sans peur et sans reproche.

Photo Bunkerhill


Le 171° R.I.F :

Entre-deux-guerres

Le 171e RIF a été créé le 25 août 1935 à Mulhouse et Neuf-Brisach à partir du 152e RI et à Belfort à partir du 35e RI. Il a pour mission d'assurer la défense du Rhin et du Sundgau.

Seconde Guerre mondiale

C'est un régiment de réserve A de type Metz/Lauter mis sur pied par le centre mobilisateur d'Infanterie (CMI) 72 d'Altkirch de la 7e région militaire. À la mobilisation d'août 1939, il donne naissance aux 10e, 12e et 171e RIF.
Dès le 24 août 1939 il prend position face au Rhin entre Kembs-Sierentz et Folgensbourg qui constitue le secteur défensif d'Altkirch. Le secteur défensif puis fortifié d'Altkirch et son sous-secteur de Franken est constitué de 32 casemates d'infanterie qui sont occupées par le 171e RIF et le 12eRIF. Les IIIe et IVe batteries du 159e régiment d'artillerie de position forment l'artillerie du secteur.
(source : wiki)


Photo 110RI
Le 172° R.I.F :

1938-1939, la ville de Strasbourg est intégrée au système fortifié de la Ligne Maginot. Le 172e régiment d'infanterie de forteresse occupe le secteur de Strasbourg. Le 1er régiment du génie reste en place, notamment ses électromécaniciens ; alors que s'installe l'état-major du 172e RIF sous la responsabilité du lieutenant-colonel Le Mouel. Ce dernier est secondé par le commandant Coursier, chef d'état-major, par le capitaine Charpentier, responsable des liaisons et le lieutenant Bourdeaux, du renseignement. Le service de santé est partagé par le médecin-capitaine Pierre et par le lieutenant-vétérinaire Balossier. Le sous-lieutenant Sueur est officier de transmissions. Il est également probable que le QG du 155e régiment d'artillerie de Position ait été installé dans le fort, selon le témoignage d'un artilleur de ce régiment. (source wiki)

Devise : Je tiendrai.

Photo Bunkerhill

_________________
1er Génie Toujours Brave


Dernière édition par Lorenzo G le Mer 10 Aoû 2016, 20:53, édité 48 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 17:13

REGIMENTS D'INFANTERIE D'AFRIQUE


didier b a écrit:
1er Régiment de Zouaves

L'insigne

Le 1 et le Z sont couleur or.

Le croissant bleu indique son appartenance à l'armée d'Afrique.

La tour est la tour Malakoff, le 1er RZ s'en est emparé et s'y est illustré au siège de Sébastopol pendant la guerre de Crimée.
Le régiment était commandé par le colonel Mac Mahon à cette époque. La tour est garance, couleur du 1er Zouaves.

Historique succint

Le premier régiment de Zouaves était basé à Casablanca avant guerre. A la mobilisation fin septembre 1939 il part en train pour Oran et y embarque en bateau pour Marseille. Arrivé à Marseille il part toujours en train pour Avord ou il devient un RI type nord-est.
Il stationne l'hiver 38/40 dans la région de Maubeuge. Avec la 82e DIA, dont il fait parti, il rejoint le front de Lorraine en avril.
Le 12 mai, il subit une forte attaque allemande vers Forbach, il résiste au prix de lourdes pertes et l'ennemi lui aussi très éprouvé devient moins incisif. Les zouaves sont retiré du front à partir du 23 mai et se dirigent vers St Menehould où il reprennent quelques forces.
Le 1er Zouaves est ensuite dirigé vers la région de Reims et doit assurer la défense de la Vesle à l'ouest de cette ville.
Il résiste à l'attaque allemande du 11 juin, mais doit se replier sur ordre car les unités sur ses flancs gauche et droit sont déjà en déroute et il risque l'encerclement.
Il poursuit les combats à la montagne de Reims, Epernay, Troyes et les marais de St Gond en couvrant la retraite de plusieurs divisions lors d'une mission de sacrifice pendant laquelle ses effectifs se réduisent de jour en jour.
Presque tout ce qui reste du régiment est capturé à Méry dans l'Aube.
Les rescapés parviennent à rejoindre le camp de la Courtine en passant par Chaource et Dijon.
Le 1er RZ est dissous à Albi en juillet 1940.
Un 1er bataillon de Zouaves motorisé est reformé en Afrique du nord et participera au débarquement de Provence et aux combats de libération de la France jusqu'en Allemagne.

Photo Didier B

Le 14° Régiment de Zouaves :

Le 14e RZ fut formée à Lyon par des officiers d’active et des officiers de réserve qui rejoignirent les rangs de la cinquième DINA début septembre 1939.

L'insigne du 14e régiment des Zouaves fut créé pendant le séjour en Lorraine. Choisi parmi plusieurs projets, il rappelle par le croissant l'attache du régiment à une grande unité nord-africaine. Le chacal est le symbole traditionnel des Zouaves. Enfin, la croix de Lorraine souligne que les cadres constitutifs appartenaient à des corps stationnés


                    

_________________
1er Génie Toujours Brave


Dernière édition par Lorenzo G le Mer 10 Aoû 2016, 10:52, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
didier b
Caporal
Caporal


Messages : 151
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 63
Localisation : Pays de Gex (Ain)

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 19:52

Bonjour Lorenzo,

Sous cette forme c'est plus clair et plus facile à consulter.

Reste peut être dans certains cas à ajuster la taille de l'insigne à la place disponible.



Cordialement
Didier
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 20:17

didier b a écrit:
Bonjour Lorenzo,

Sous cette forme c'est plus clair et plus facile à consulter.
Bonsoir Didier,
Merci pour ton avis qui confirme ce que je pensais. Réaliser ces tableaux, c'est aussi plus lourd à gérer.

didier b a écrit:
Reste peut être dans certains cas à ajuster la taille de l'insigne à la place disponible.
Justement le plus dur, c'est l'ajustement des colonnes. Je débute
Ou alors je supprime le dos des insignes ?
cdt

_________________
1er Génie Toujours Brave
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 21:55


53° Division d’Infanterie :

La 53e division d'infanterie est, en octobre 1939, l'une des deux divisions du XVIe corps d'armée (groupe d'armées no 1) qui est en Flandre, à la gauche du Corps expéditionnaire britannique. Division de type nord-est et de série B, elle ne possède alors aucun canon antichar. Pendant l'automne, elle renforce le secteur défensif des Flandres (qui devient ensuite le secteur fortifié des Flandres).

En mars 1940, le général Georges inspecte la 9e armée et reconnait sa faiblesse ; il envisage alors de lui donner la 53e DI pour renforcer la Meuse au niveau de Mézières. La division se retrouve ainsi dans la région de Novion-Porcien – Launois-sur-Vence en réserve de la 9e armée, en cas d'attaque allemande elle est susceptible d'intervenir au profit de la 102e division d'infanterie de forteresse sur la Meuse ; en attendant elle organise le terrain.

Photo Flo45

_________________
1er Génie Toujours Brave


Dernière édition par Lorenzo G le Jeu 11 Aoû 2016, 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
didier b
Caporal
Caporal


Messages : 151
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 63
Localisation : Pays de Gex (Ain)

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 09 Aoû 2016, 22:24

Oui c'est mieux.

Moi aussi j'avais pensé à supprimer le dos des insignes.

Mais en tout cas merci pour ce fastidieux travail de mise en page.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mer 10 Aoû 2016, 10:46

Didier
cdt

N'hésitez pas à compléter les listes avec photo de vos insignes (si possible retaillées au plus juste et en 320px de largeur lors de hébergement) à la suite. Je me chargerai de les insérer ensuite.
cdt

_________________
1er Génie Toujours Brave
Revenir en haut Aller en bas
110RI
colonel
colonel


Messages : 3736
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 37
Localisation : allemagne

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Sam 13 Aoû 2016, 07:54

super travail !!! merci

_________________
recherche tout sur le 110 régiment d'infanterie
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo G
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel


Messages : 2401
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Mar 23 Aoû 2016, 17:08

Bonjour,
Personne n'aurais de photo de ses insignes ?
cdt

_________________
1er Génie Toujours Brave
Revenir en haut Aller en bas
Flo45
Soldat de 1ère classe
Soldat de 1ère classe


Messages : 101
Date d'inscription : 19/04/2015

MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Ven 25 Nov 2016, 22:51

19eme bataillon de chasseurs à pied:

Recréé en octobre 1939 au camp de Mailly, et est engagé en Sarre.

Il est retiré du front, affecté à la 24e demi-brigade de chasseurs, de la 2e division légère de chasseurs, pour participer à l'expédition de Narvik et embarque à Brest, mais lors de son escale en Écosse, il reçoit l'ordre de faire demi-tour. Il est alors engagé dans la Somme, près du village du Quesne, du 7 au 12 juin 1940, action pendant laquelle, il perd les deux tiers de son effectif, il sera cité à l'ordre de l'armée. Après l'armistice, il est dissous le 22 juin.

Voici un historique plus complet avec plusieurs pages sur la campagne de 1940:
http://tableaudhonneur.free.fr/19BCP_V2.pdf

Insigne sans marquages mais à épingle a bascule.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les insignes d'Infanterie en 1939-1940   Aujourd'hui à 13:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Les insignes d'Infanterie en 1939-1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 91éme régiment d'infanterie
» Collection pièce uniforme et insigne Marine
» LES TIREURS D'ELITE
» Marine 1939-1940
» L'armée française en 1939-1940.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria1940 :: Militaria :: Tenues de l'armée française / French Uniforms :: insignes et décorations de l'armée française-
Sauter vers: