Militaria1940
Bienvenue sur le forum Militaria1940, consacré au Militaria Français de 1940 !
Avant tout message, pensez à vous présenter dans la partie "Présentez-vous" !

Militaria1940

Forum consacré à l'uniformologie et l'Histoire de l'armée Française de 1939/40
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les insignes du Génie en 1939-1940

Aller en bas 
AuteurMessage
Lorenzo G
colonel
colonel
avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 10/08/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Les insignes du Génie en 1939-1940   Mer 21 Mar 2018, 21:01

Le Génie
.

LES REGIMENTS DU GENIE
.
A la mobilisation/déclaration de guerre, les régiments du Génie de temps de paix, se retrouvent dispersés en unités.

Situations des unités à la veille du conflit en métropole en 1939 :
La répartition est la suivante en France :
. 7 régiments de sapeurs : le 1er à Strasbourg, le 2ème à Metz, le 3ème à Arras, le 4ème à Grenoble, le 6ème à Angers, le 7ème en Avignon, le 10ème à Besançon.
. 2 régiments voies ferrées : Le 5ème à Versailles, le 15ème à Toul
. 4 régiments de sapeurs télégraphistes : Le 8ème à Versailles, le 18ème à Nancy, le 28ème à Montpellier, le 38ème à Montargis.

AFN et Levant :
Le 19ème RG : Sapeur, Télégraphiste et Voie Ferrée. (en Algérie à Hussein Dey)
Le 31ème BG : Sapeur et Voie Ferrée. (au Maroc à Port Lyautey)
Le 34ème BG : unité formant Corps.( En Tunisie à Bizerte et à La Goulette)
Le 33ème BG : Sapeur et Télégraphiste (à Beyrouth)
Le 41ème BG : (à Rabat)

Remarque :
le 09° RG est dissous en 1929 pour être reformé en 9° Bataillon du Génie le 1 août 1940.
le 11° RG est dissous le 20 avril 1928.
le 12° RG n'existe pas en 1939 comme Régiment (dissous le 1er mars 1929 pour être recréé comme Bataillon à la mobilisation de 1939).





Le 1° Régiment du Génie :

Le Centre mobilisateur du 1er RG
. type 1 - Insigne réalisé dans les années 1930.


Photo Lorenzo G

Le 2° Régiment du Génie :

L'unité est éparpillée en sections, depuis Metz, dans les ouvrages de la ligne Maginot où elle sert pour les usines électriques et l'entretien mécanique des ouvrages et des pièces.

Photo Lorenzo G

Le 3° Régiment du Génie :

• À la mobilisation, le régiment fait partir ses compagnies actives, puis cède la place au centre Mobilisateur du Génie no 3 qui fusionnera avec le DG . Il est commandé par le Colonel Guerit
o Il mobilise les unités suivantes : (198 Cies ?)
o 2 bataillons d'armée : Le 151e à la 1re armée, Le 152e à la 2e armée
o 2 bataillons de cantonniers d'armée, à 4 Cies chacun. Ils deviendront "sapeurs routiers",
Le 1er devient 351e à la 1re armée, le 2e devient 352e à la 2e armée
o 2 parcs du génie d'Armée, le 251e à la 1re armée, le 252e à la 2e armée))
o 4 compagnies d’auxiliaires du génie: Les 251/1 et 2 pour le Parc 251 et les 252/1 et 2 pour le Parc 252
o 11 Bataillons pour DI: (à deux compagnies)
- 1er bataillon à la 1re DIM, 2e à la 2e DI, 3e bataillon à la 3e DIM, 4e bataillon à la 4e DI, - le 5e bataillon à la 5e DIM, 6e bataillon à la 6e DI, 10e bataillon à la 10e DI, - 51e bataillon à la 51e DI, 52e bataillon à la 52e DI, 53e bataillon à la 53e DI.
o Le Bataillon de Versailles avec les 1re, 2e et 3e cies motorisées, pour les 1re, 2e et 3e DI mécanisée puis Cuirassées
o 8 bataillons de CA
- Le 101e au 1er CA à Lille, le 102e au 2e CA à Amiens, 103e au 3e CA Rouen 106e, au 6e CA Chalons ...
o 8 bataillons de sapeurs mineurs de Réserve générale - les 171e, 172e et 173e et ... en cours de campagne, en mars 1940, le 171e est renuméroté 159e, pour la 9e Armée, avec l'ajout du 359°.
le 172e a la particularité de comprendre comme 4e cie la Compagnie de Camouflage
o 1 bataillon de cantonniers peut être le 353e
o La 1re compagnie du génie auxiliaire de gare régulatrice d'Amiens renumérotée 271/21 ainsi que son service des transmissions
o 4 compagnies de navigation numérotées: de 1re à 4e cie puis renumérotées 321/1, /2, /3, /4.
o 8 compagnies d'Équipages de Pont pour les CA : Les 41e à 43e Compagnies d'Équipage de Pont numérotées 322/1 - 2 et 3 ainsi que les 101/16 à 103/16 cies de CA
o 2 compagnies du génie du littoral (L1 et L2 pour groupement littorale nord) qui deviendront, les compagnies 68/1 et 68/2 destinées à la 68e DI et formées par le dépôt.
o 1 bataillon d'instruction du génie no 3 puis apparait avec le no 283e dont une 283/11e d’instruction.
o Il mobilisait aussi le 211e bataillon du génie de forteresse du secteur Fortifié de Montmédy.
o La 1re cie de sapeurs-forestiers qui sera ensuite no 399/1 et le Groupe de sapeurs-forestiers 4 ainsi que les 398/3 et 398/4 cies Auxiliaires d'Exploitation Forestière.

Photo Lorenzo G
Photo Arden40

Le 4° Régiment du Génie :

A la veille du conflit, le 4ème RG est localisé à Grenoble.
Avril-mai 1940 : Bataille de Narvik avec le Corps Expéditionnaire en Scandinavie et la 13e demi-brigade de Légion étrangère.
25 au 30 mai 1940 Poche de Lille : Les sapeurs du 4e régiment du génie et son chef de section forment un important noyau actif de la 1re compagnie du génie des FFL.
photo chesterfield

Le 5° Régiment du Génie :

En 1939 le 5e RG installe les camps d'Argelès et du Barcarès (Pyrénées-Orientales) puis effectue des travaux sur le port de Lorient. Début juin 1940 le 5e RG est envoyé le long de la frontière belge afin de faire sauter voies ferrées, aiguillages etc. Les Allemands mitraillent de nombreux soldats du 5e RG, le régiment ou ce qui en reste est fait prisonnier en Allemagne, à l'exception de 2 compagnies connues qui sont passées en Suisse le 19 juin 1940. Le lieutenant Chemel commandait la 542e compagnie, il restera avec la section d'arrière garde chargée de faire sauter les voies derrière eux. Cette section passera ensuite sous le commandement du Lieutenant Baron le 19 juin 1940 au passage en Suisse, on pense que le lieutenant Chemel a rejoint Londres. Les 2 compagnies, ou ce qu'il en reste seront internées en Suisse du 20 juin 1940 à février 1941. Après la guerre, ces 2 compagnies ne seront reconnues, ni combattantes, ni prisonnières.


photo Lorenzo G

Le 6° Régiment du Génie :

En juin 1940, le 6e régiment du génie a participé aux combats des cadets de Saumur. Missionné par le lieutenant-colonel Henri ROBERT, chef de corps du dépôt du 6e génie, le lieutenant Pierre ROUSSEAU était chef de centre à Saumur et disposait, pour chaque pont, d'un officier avec une trentaine d'hommes : le lieutenant Edouard Martin sur le pont de Montsoreau, le lieutenant André Poupon sur le pont VR de Saumur, le sous-lieutenant Fraisier sur le pont VF de Saumur, le sous-lieutenant Claude Falck sur le pont de Gennes.
Au total, ce sont environ 120 hommes du dépôt de guerre du génie no 6 qui ont appuyé avec efficacité les combats des Cadets de Saumur. En 1990, à l'occasion du cinquantenaire des combats de la Loire, le lieutenant-colonel de GISLAIN de BONTIN, du service historique de l'armée de Terre, a apprécié les actions des Sapeurs de la façon suivante : "Un aspect, toutefois, était positif, grâce à l'action du Génie, les destructions avaient été prêtes à temps et devaient fonctionner sans incident au moment choisi."
En outre, le capitaine Pierre SCHNEIDER aurait été cité pour les combats de défense du pont de Port-Boulet.
À la mobilisation en septembre 1939, le 71e bataillon du génie est créé à Angers. L'encadrement d'active de cet unique régiment du génie de la 1re division d'infanterie coloniale (1re DIC) est issu du 6.

en attente photo

Le 7° Régiment du Génie :

Les formations de ponts lourds, transformées en Compagnies du Génie Maritime, prirent au 1er janvier 1920, la dénomination de Compagnies de ponts-lourds et furent alors intégrées au 7e régiment du Génie.

Photo Lorenzo G

Le 8° Régiment du Génie :

Au début de la guerre 1939-1945, le 08e régiment du génie est transformé en dépôt de guerre. Devant l'avance allemande, le dépôt de guerre du 8e régiment du génie, aux ordres du colonel Chancenotte, se replie à La Châtre, à partir du 13 juin 1940. Le transfert s'effectue à pied, y compris pour les officiers, dans des conditions très difficiles. Mais le dépôt de guerre reste peu de temps à La Châtre et gagne Cubjac (Dordogne). Un détachement réussit à gagner Montpellier. Le Centre d'élevage colombophile 501 (qui fait partie du dépôt), commandé par le lieutenant Secuwsmarins, est dissous le 6 août 1940 à Montauban et le reste du dépôt est dissous le 7 août 1940 à Cubjac..

Photo Lorenzo G

Le 10° Régiment du Génie :

1er octobre 1936 : recréation du 10e régiment du génie à Besançon. Le 10° Régiment du Génie est dissous le 7 août 1940 à Cubjac.
Automne 1940 : le 10e régiment du génie devient le 10e bataillon du génie dans l'armée d'armistice à la Valbonne

en attente photo

Le 15° Régiment du Génie :

15ème régiment de sapeurs de chemin de fer
Créé officiellement le 18 avril 1923 par transformation du 68ème Régiment du Génie, le 15ème régiment de Sapeur de Chemin de Fer formera avec ce dernier la Brigade de Sapeurs de Chemin de Fer.
Photo Lorenzo G

Le 33° Bataillon du Génie :

Suite à sa dissolution, les éléments du « 43ème »  sont incorporés au 33ème bataillon du génie de  Beyrouth.
Les transmissions y sont organisées de la façon suivante :
- état-major à Beyrouth ;
- la compagnie 33/3 à Alep ;
- la compagnie 33/4 à Damas ;
- la compagnie auxiliaire-autochtone à Beyrouth ;
- le parc télégraphique à Beyrouth ;
- le centre instruction à Beyrouth.
Les sapeurs-télégraphistes participent alors à l’opération en Haute-Djezireh de mai à juin 1930 et 1933, réalisent :
- l'achèvement réseau urbain téléphonique de Damas (1933) ;
- la construction de la ligne téléphonique Syrie-Palestine-Transjordanie-Egypte (1933) ;
- la construction de la ligne téléphonique Beylan-Soukolouck-Nahe Guislik (1934) ;
- la construction de la ligne téléphonique Alep-Antioche (1934) ;
- la construction de la ligne téléphonique Damas-Ezraa (1935).
Source : http://www.espaceferrie.fr/index.php/fr/histoire/des-regiments

Photo Lorenzo G

_________________
1er Génie Toujours Brave

Recherche tout sur le 1er régiment du Génie
Revenir en haut Aller en bas
 
Les insignes du Génie en 1939-1940
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 91éme régiment d'infanterie
» Marine 1939-1940
» L'armée française en 1939-1940.
» Engagés volontaires étrangers en 1939-1940 sur Mémoire des Hommes
» EL MANSOUR (1939-1940) futur MAINE - A611 : ce qu'il faut avoir lu ou vu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria1940 :: Militaria :: Tenues de l'armée française / French Uniforms :: insignes et décorations de l'armée française-
Sauter vers: