Militaria1940
Bienvenue sur le forum Militaria1940, consacré au Militaria Français de 1940 !
Avant tout message, pensez à vous présenter dans la partie "Présentez-vous" !
Militaria1940
Bienvenue sur le forum Militaria1940, consacré au Militaria Français de 1940 !
Avant tout message, pensez à vous présenter dans la partie "Présentez-vous" !

Militaria1940

Forum consacré à l'uniformologie et l'Histoire de l'armée Française de 1939/40
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Jeux, jouets et Lego : le deuxième à -50% (large sélection)
Voir le deal

 

 03 R.I.A. ORGANIGRAMME

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
le gone
Lieutenant
Lieutenant



Messages : 747
Date d'inscription : 05/08/2015
Age : 54

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitimeLun 18 Mar 2024, 15:36

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Suf3_p10

3ème Régiment d'Infanterie Alpine  (Active)(Hyères)
Il est mis sur pied par le CMI 153 de Hyères.
29ème Division d’infanterie Alpine
Colonel DURAND du 03/09/39 au 28/10/39.
Colonel MAURIS du 28/10/39 au 13/06/40 évacué pour maladie à la mi-mai
Chef de Bataillon POCHOT à compter de la mi mai jusqu'au 13/06/40.
Chef de Bataillon TRUTTMAN (du 3eme RIA) du 13/06/40 au 23/06/40

Composé de 3 bataillons + 14ème Cie Divisionnaire antichars à 12 canons de 25 mm


03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Liste_10


A affecter au 3ème RIA :
Adjudant-chef CLAPIER Marcel Martial tué le 06/06/1940
Adjudant NAUDIN Charles Félicien  tué le  05/06/1940
Sous-Lieutenant Barthélémy BARRA (prisonnier)

SERVIES François-Sylvain, sergent : chef de groupe d'un parfait sang-froid et d'un grand courage. Le 3 juin 1940, n'a pas hésité à faire sortir son groupe de l'emplacement enterré qu'il occupait, à le porter en avant en terrain découvert, afin de prendre à revers des éléments ennemis qui s'étaient infiltrés dans nos lignes. Le 5 juin 1940, a été tué à son poste de combat. Croix de guerre avec palme.

VIAL Edmond-Christian, sergent, matricule 1446 : sous-officier d'un grand courage et d'un dévouement exemplaire. Au moment du repli de la compagnie sur Lassigny, le 7 juin 1940, a été tué par le feu d'une automitrailleuse, alors que son groupe intervenait contre l'engin ennemi. Croix de guerre avec palme.

VIDAL (Pierre-Louis-Henri), sergent, matricule 1587 : au cours des combats des 6 et 7 juin 1940, a donné à ses hommes le plus bel exemple de courage et de sang-froid. A permis le repli de son unité dans de très bonnes conditions. A été tué glorieusement le 15 juin 1940. Croix de guerre avec palme.

LEGROS (Emile), sergent : chef de groupe brave et plein d'allant. Placé en saillant face à l'ennemi qui l'attaquait sur deux cotés, a su donner à son feu, malgré un feu intense de l'ennemi, une efficacité telle que l'assaillant a subi des pertes énormes, contribuant ainsi à la capture de 20 prisonniers. A été blessé mortellement. le 10 juin 1940, à Fleurines (Oise), auprès de son arme automatique alors qu'il essayait d'enrayer une attaque ennemie. A été cité.

FOURNIER André-Gabriel, sergent : chef d'un groupe violemment pris à partie par l'ennemi, le 5 juin 1940, à la station d'Offoy, a résisté avec une farouche énergie, communiquant à ses hommes son ardeur combattive. A conservé sa position, malgré la violence du feu de l'adversaire, qui était arrivé à courte distance de sa tranchée. A été tué glorieusement à son poste de combat au cours de l'action. A été cité.

GEOFFROY Pierre-Etienne, sergent : sous-officier courageux et énergique. A accompli des liaisons particulièrement dangereuses du 5 au 7 juin 1940 sur (la) Somme, entrant à plusieurs reprises en communication avec différents points d'appui encerclés par l'ennemi. A été tué glorieusement à l'aube du 7 juin en tentant de franchir les lignes ennemies en rentrant de mission. A été cité.

ANDRIEU René, sergent-chef au 3e régiment d'infanterie alpine : commandant une section do mitrailleuses, a été très grièvement atteint par éclat d'obus multiples, à son poste de combat, à Verneuil, le 10 juin 1940.

Cordialement
Le Gone
Revenir en haut Aller en bas
110RI
Administrateur
Administrateur
110RI


Messages : 4430
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 45
Localisation : allemagne

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: Re: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitimeJeu 28 Mar 2024, 09:44

NOTICE SOMMAIRE CONCERNANT LE 3 ème R.I.A.

PERIODE 1919-1939
- Stationne à HYEKES
Détachements à DIGNE, puis à ANTIBES et SOSPEL.
PERIODE 1939-1940
                    1e - De septembre 1939 à juin 1940-
                                2 septembre 1939-11 novembre 1939 : Les Alpes (couverture).

                               15 novembre 1939-18 janvier 1940 : La Haute Marne.
                                Cantonnement de CHARMONT (E.M. III)
                                VERNANCOURT, BETTANCOURT (I)
                                VILLERS-le-SEC, POSSESSE (II)

                               19 janvier 1940- 7 avril 1940 La Lorraine
                               COCHEREN (III) 15 jours
                               THEDING (I) 15 jours
                               COCHEREN (III) 30 jours
                               THEDING (II) 30 jours
                               P.C. PAREBERSWILLER et LANING.

                               8 avril 1940 (-17 mai 1940 La Haute Saône (repos) Région de VAUVILLERS.

                              17 mai 1940-19 mai 1940 En route vers le front (transport en autobus parisiens par CHAUMONT, SEZANNE, MONTMIRAIL, CHATRAU-THIERRY, VILLERS-COTTERET, CHAUNY).

                  La Bataille de France :
             1°-L’Oise ( 19 au 26 mai )
                  1 ère mission sur le canal de SAINT QUENTIN face au S.E. entre CHAUNY et TERGNIER-bombardements –

                  Installation à CUY près LASSIGNY : le III/3 ème R.I.A. est enlevé au régiment pour protéger près d'AMIENS la montée en lignes de la 7 ème D.I.N.A.
                  Installation à CHIRY-OURSCAMPS : Le 1 et le II/3e R.I.A. sont entre PASSEL et SEMPIGNY sur la Divette et la boucle de l'Oise, face au nord - défense des points de passage de l'0ise entre NOYON et PIMPREZ.

                                 Le 24 mai, le I et le II/3 ème R.I.A. sont enlevés au R.I. et poussés dans la région de PERONNE.

             2°- LA SOMME ( 26 mai su 7 juin) P.C.R.I. LANQUEVOISIN
                     Ordre de regroupement dans la région NESLE-CHAMPION L'E.M. du R.I. se porte à MOYENCOURT, puis à BREUIL (relève du 104 ème R.I.A.) puis à LANGUEVOISIN.
                      Installation des trois bataillons en ligne, face eu nord sur le canal de la Somme.
                      I/3 PARGNY BETHENCOURT : P.C. MESNIL, SAINT NICAISE
                      III/3 De BETHENCOURT exclu à VOYENNES inclus : P.C.
                      II/3 De VOYENNES exclu aux passerelles de CANIZY  P.C. HOMBLEUX
                       Mission : Tenir sans esprit de recul.
                       Le régiment est au contact (quelques coups de main ennemis repoussés - PARGNY 2 juin).

                                  3 juin : bombardement des observatoires (PARGNY VOYENNES).

                                  5 juin : 4 heures attaque allemande après préparation d'artillerie- Infiltration entre ROUY et VOYENNES, puis entre VOYENNES et CANIZY- Tirs très efficaces de notre artillerie. Nos éléments encerclés dans VOYENNES continuent à se défendre toute la nuit. La progression ennemie semble enrayée.

                                  6 juin : reprise de la progression ennemie à midi. Bombardement de CHAMPION (13 heures). Le contact est perdu avec l’I.D. et la D.I. Durs combats toute la journée.

                                  7 juin : 2 heures du matin ordre de repli donné par le général GERODIAS en personne - Repli effectué sur CORNE N.O. du bois de FRENICHES. Décrochage très difficile sur tous les points du secteur.
                        Installation face au N.O. bois le canal du Nord

                         3° - De la Somme à la Loire-

                         Dans la journée du 7 juin, nouvel ordre de repli Le D.I. est regroupée dans la région de LASSIGNY.

Repli du régiment effectué en combattant (accrochage sérieux des II et III/3-bombardement aérien ) par CAMPAGNE,
LAGNY; LASSIGNY.

                                   7 juin : installation à PIESSIER DE ROYE.
                    Ordre de mouvement pour le 9 en direction de GOURNAY par RESSSONS sur MATZ.

                                   9 juin installation entre GOURNAY et MONCHY
                    Dans la nuit du 9 au 10 : ordre de mouvement direction ESTREES - SAINT DENIS - PONT SAINT-MAXENCE.

                                   10 juin : arrivée à PONT SAINT MAXENCE et regroupement dans le région de FLEURINES (forêt d'HALATTE)

                                  11 Juin : installation défensive sur l'Oise entre VERNEUIL et BEAUREPAIRS - activité de l'artillerie ennemie attaque allemande .
                     Ordre de repli (21 heures 30) sur CHANTILLY
                     Décrochage très difficile

                                  12 juin : CHANTILLY-P.C. dans la forêt.
                     Mission défensive sur la Nonette face au nord entre la voie ferrée à l'ouest et SAINT LEONARD

                                  13 juin : attaque allemande dans la matinée. L'ennemi rompt le contact dans l'après-midi.
                     Prise de commandement du commandant TRUTTMANN.
                     Ordre de repli par LOUVRES, VILLEPINTE sur LIVRY-GARGAN

                                  14 juin : LIVRY-GARGAN.
                     Installation défensive sur le canal de l'Ourcq. Attaque allemande à 13 heures sur le pont de SEVRAN.
                     Ordre de repli par NEUILLY S/MARNE, VILLIERS S/MARNE, sur SUCY et BOISSY SAINT LEGER. Décrochage                    très difficile.

                                  15 juin BOISSY SAINT LEGER-Ordre d'installation
                     Ordre de mouvement par RIS ORANGIS SUR St VRAIN.

                                  16 juin : SAINT VRAIN. Ordre d'embarquement en chemin de fer direction ORLEANS.
                                                                                                                                                                                         
                      L'échelon part par voie de terre ( par MALESHERBES - PITHIVIERS- JARGEAU).
                      Débarquement on rase campagne (à cause du bombardement d'ORLEANS ) 18 heures.
                      4°- La LOIRE
                                  17 juin : regroupement au sud de la Loire entre ORLEANS JARGEAU P.C. SANDILLON .
                      Installation défensive face au nord sur la Loire.

                                  18 juin : le 3 ème reçoit un rectificatif à l'ordre de défense prescrivant de mettre deux bataillons face à ORLEANS par où l'ennemi franchit la Loire.
                        Attaque d'engins blindés à 14 beures - Encerclement des P.A. de SAINT CYR EN VAL et SANDILLON.
                        Ordre de repli sur les bois S.0. de la MOTTE-BEUVRON. Décrochage très difficile.

                        19 juin regroupement partiel dans le bois 2 kms S.0. de la MOTTE-BEUVRON à 6 heures du matin.
                        Ordre d'installation défensive sur le Beuvron 8 heures encerclement par les unités motorisées allemandes- ce qui reste du R.I. est fait prisonnier.

                        L'officier de liaison est fait prisonnier en portent l'ordre suivant (donné à 8 heures 30 par le colonel commandant l’I.D. 29) : "Pour protéger le repli de la 6 ème 1/2 brigade, le 3 ème R.I.A. établira un bouchon sur BEUVRON à hauteur du Carrefour de LEPILLY. Une fois ce repli assuré, le 3 ème se portera par ses propres moyens au-delà du Cher".
Revenir en haut Aller en bas
110RI
Administrateur
Administrateur
110RI


Messages : 4430
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 45
Localisation : allemagne

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: Re: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitimeJeu 28 Mar 2024, 09:50

Sources: J.M.O. de la 29e D.I.A.                                                                                              
Rapports d'officiers du 3e R.I.A.                                                                                                
                                                                                                                                                                     
Opérations
                   Dès le 27 août 1939, les éléments actifs du 3ème R.I.A. sont placés en position de couverture sur la frontière italienne dans le secteur des Alpes Maritimes (P.C. du R.I. à GUILLAUMES), 1er Bataillon à TOURNAIRET, 2ème à GUILLAUMES, 3ème à BEUIL. Les échelons "B" rejoignent début septembre. Le 13 octobre, la C.H.R. est portée à ENTREVEAUX, le 3ème Bton moins une compagnie à PUGET-THENIERS. Fin octobre, le régiment descend dans la région de DRAGUIGNAN, P.C. à BARGEMON, 1er Bton à CALLAS-FIGUANIERES, 2ème Bton à BARGEMON-CLAVIERS, 3ème Bton à COMPS-la-SOUCHE. Les 12 et 13 novembre, le 3ème R.I.A. est enlevé par V.F. à DRAGUIGNAN-les-ARCS et transporté dans la Haute-Marne (P.C. et IIIème Bton à CHARMONT- 2ème Bton à VILLERS-le-SEC, 1er  Bton à BETTONCOURT).
                    Le 17 janvier 1940, nouveau départ à destination du front de Lorraine. Du 19 janvier au 7 avril, le régiment tiendra la ligne des avant-postes dans le secteur de FORBACH :
               - à COCHEREN (3ème Bton) 15 jours
               - à THEDING (1er Bton) 15 jours                       P.C. à FAREBESWILLER et LANING.
               - à COCHEREN (3ème Bton) 30 jours
               - à THEDING (2ème Bton) 30 jours
                    Le 30 mars, il est relevé et mis au repos du 8 avril au 17 mai en Haute-Saône, région de VAUVILLERS.
                    Après l'attaque du 10 mai, le 3ème R.I.A. porté sur l'Oise débarque le 19 mai sous les bombardements entre CHAUNY et TERGNIER. Le 3ème Bton lui est enlevé pour protéger près d'AMIENS la montée en lignes de la 7ème D.I.C.
                    Le 20 mai, il s'installe à CHIRY-OURSCAMP (le et 2ème Btons) entre PASSEL et SEMPIGNY sur la DIVETTE et la boucle de l'Oise, face au Nord en vue d'assurer la défense des points de passage de l'Oise entre NOYON et PIMPREZ.
                   Le 26 mai, le 3ème R.I.A. regroupé dans la région NESLE- CHAMPIEN (Somme) s'installe face au Nord sur le canal de la Somme (P.C. & MOYENCOURT).
                   1er Bton à PARGNY BETHENCOURT - P.C. MESNIL-ST NICAISE.
                   3ème Bton de BETHENCOURT à VOYENNES - P.C. QUIQUERY.
                   2ème Bton de VOYENNES aux passerelles de CANIZY (P.C. HOMBLEUX).
                   Le 2 juin, le régiment est au contact, les observatoires de PARGNY et VOYENNES sont bombardés.
                   Le 3 juin, un coup de main ennemi sur BETHENCOURT est repoussé.
                   Le 5 juin, à 5 heures, attaque allemande après préparation d'artillerie Des infiltrations se produisent entre VOYENNES et OFFROY. Les éléments encerclés dans VOYENNES continuent à se défendre toute la nuit.
                   Le 6 juin, reprise de la progression ennemie à midi sur HOMBLEUX. CHAMPIEN est vivement bombardé par l'aviation à 13 h. De durs combats ont lieu toute la journée.
                    Le 7 juin, ordre de repli est donné par le général commandant la division, le décrochage est très difficile, le repli s'effectue en combattant par CAMPAGNE, LAGNY et LASSIGNY.
                    Le 8 juin, installation à PLESSIER de ROYE.
                    Le 9 juin, arrivée à PONT STE MAXIME et regroupement dans la région de FLEURINES (forêt d'HALATTE).
                    Le 10 juin, installation défensive sur l'Oise entre VERNEUIL et BEAUREPAIRE. Attaque allemande - ordre de repli - décrochage très difficile.
                    Le 11 juin, P.C. dans la forêt de CHANTILLY ; mission défensive sur la NONETTE entre la voie ferrée à l'Ouest et ST LEONARD.
                    Le 12 juin, attaque allemande dans la matinée. L'ennemi rompt le contact dans l'après-midi. Ordre de repli par LOUVRES, ROISSY, VILLEPINTE sur LIVRY-GARGAN.
                    Le 13 juin, installation défensive sur le canal de 1 'Ourcq- Attaque allemande à 15 h. sur le pont de SEVRAN. Ordre de repli par NEUILLY-sur-MARNE, VILLIERS-sur-MARNE, sur SUCY et BOISSY -ST- LEGER. Décrochage très difficile.
                    Le 14 juin, mouvement par RIS ORANGIS sur ST VRAIN.
                    Le 15 juin, ordre d'embarquement des éléments à pied par V. F. en direction d'ORLEANS. L'échelon part par V. T. par MALESHERBES - PITHIVIERS - JARGEAU. Le débarquement a lieu à 18 h. en rase campagne.
                    Les 16 et 17 juin, regroupement au Sud de la Loire entre ORLEANS et JARGEAU. P.C. & SANDILLON. Installation défensive face au Nord sur la Loire. Au soir du 17, une patrouille ennemie attaque un poste de la 9e Cie installé sur la route ORLEANS - SANDILLON.
                     Le 18, les 2ème et 3ème Btons sont établis face à ORLEANS par où l'ennemi franchit la Loire. Attaque à 14 h. d'engins blindés. Encerclement des P.A. de ST CYR en VAL (2ème Bton) et SANDILLON (3ème Bton) à l'Ouest de SANDILLON. Décrochage très difficile.
                     Le 19, regroupement partiel dans le bois 2 kms S.0. de la MOTTE-BEUVRON à 6 h. du matin. Ordre d'installation défensive sur le BEUVRON. Encerclement par les unités motorisées allemandes. Ce qui reste du régiment est fait prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
110RI
Administrateur
Administrateur
110RI


Messages : 4430
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 45
Localisation : allemagne

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: Re: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitimeJeu 28 Mar 2024, 09:57

Combats de la 5ème Compagnie du
3ème R.I.A.
les 5 et 6 Juin 1940
à OFFOY (Somme)



Combats des 5 et 6 Juin 1940 à la gare
fluviale de VOYENNES et à la gare d'OFFOY-VOYENNES
(Canal latéral à la Somme, 5 à 6 Kms Ouest de HAM)


Situation succincte
                 Missions : S'installer défensivement sur le canal latéral à la Somme, en liaison à l'Est avec la 6ème Compagnie et à l'Ouest avec la 11ème Cie Tenir sans idée de repli.
Moyens - La 5ème Cie (moins 1 S. FV installée sur la ligne d'arrêt : station de HOMBLEUX) 1 S.M. 1 mortier de 81+ 1 canon de 37 + 1 téléphone.
Terrain et travaux au 5 Juin - voir croquis.
                 Nota : sur les 2/3 du front, le canal est en remblai. Le bois au Nord du canal masque tout l'horizon. Le rez-de-chaussée de la maison Sud de la gare OFFOY VOYENNES est aménagé en réduit (sacs à terre); 11 permet d'agir face à l'Est, au Sud, à l'Ouest; les fenêtres du 1er étage, non aménagées, permettent de plus de battre la plateforme de la gare chaque arme automatique dispose de deux plateformes de tir permettant le tir tous azimuts. Un panneau droit de fil barbelé protège le flanc droit du groupement R.
Dispositif : voir croquis.
Organisation du Commandement :
P.A. gare fluviale : s/Lt DAVID - 1 S F.V., 2 pièces mitrailleuses
P.A. du Pont-Rail : Lieutenant MACARIO,
               - Sgt-Chef REVERSO : 1 GEV 1 pièce de mitrailleuses (R)
                - Sgt VERRUYER : 1 GEV 1 pièce de mitrailleuses (B)
                - Lieutenant MACARIO : 1 GFV 1 canon de 37 (M)
P.A. Gare d'offoy : Adjudant MARTIN : 2 groupes de FV
Réduit ………………. : Commandant du Sous-quartier
- Tranchée : P.C., sous-quartier : 1er Groupe de la section de commandement
                                                       1 Groupe de FV.
- Maison : 1 sergent, 5 hommes dont 1 observateur (toît)
                                                       1 F.M.
P.A. de la Station de HOMBLEUX : (1 km Sud, pas de liaison à vue) S/Lieutenant PUEL (C.A. Br)
     -      1 S.FV (Sergent-Chef VEDEL)
     -      1 Groupe de Mitrailleuses
     -      1 canon de 37.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

LE COMBAT
------------------
- Le 5 Juin à la station d' OFFOY
- Le 6 Juin à la gare fluviale de VOYENNES .
Combat du 5 Juin

I-  Réduction des groupements R et B: 3 heures 454 h 30 environ
II - Attaques de la gare d'OFFOY et de M. :
- Sans appui d'artillerie : 5 h - 7 h 30.
- Avec appui d'artillerie : 9 h- 11 h 30.
III- Attaques successives par le Sud du Réduit et de M. : 13 h et 14 h 45.
I - Réduction de R et de B.-
      Peu avant l'aube, l'unité vient de cesser le travail de nuit et d'entreprendre le travail de jour lorsque des armes automatiques crépitent à hauteur du pont-rail et de la gare fluviale. Quelques coups partent du boqueteau 7-7’ en direction de la gare d'OFFOY.
      L'action s'intensifie rapidement de part et d'autre du pont-rail où les éclats de grenades se mêlent aux cris et aux commandements. On ne peut voir ce qui s'y passe, ni de l'observatoire ni de la tranchée CF, ni de M, la berge sud du Canal étant masquée par des lignes d'arbres et de buissons et par le boqueteau 7-7'.
       Deux barrages de 60 et de 81 appliqués en 6 et vers 10 (où l'on entend des commandements) n'ont pas d'effet direct sur le combat. Vers 4 h 15, l'Adjudant MARTIN rend compte qu'il perçoit des hurlements en direction de R. Quelques secondes plus tard, le silence s'établit en R puis en B.
        Vers 5 h 30, le lieutenant MACARIO me transmet le renseignement suivant : "Le Sergent-Chef REVERSO, le soldat GINESTE blessés, se sont repliés sur moi. REVERSO rend compte que R a été attaqué par la droite peu avant le jour, que ses mitrailleurs sont tous tués et les voltigeurs tués ou pris. L'ennemi a franchi le canal entre R et la 6ème Cie. Aucun renseignement sur B.-"
II -Attaques de la gare d'OFFOY et de M.
1°) 5h à 7h30, sans appui d'Artillerie. Depuis l'aube, l'action entre 7-7’ et M, C, F, ne s'est pas ralentie. Le groupe C a arrêté deux infiltrations vers le remblai 3. Une troisième tentative signalée vers 5 h. par l'observateur 20m Sud de 20- 16, est annihilée par le 60.
     Vers 5h., l'animation, les cris, les fusées se multiplient. 7-7' prend de plus en plus violemment à partie les défenseurs de CF dont le parapet est, d'autre part, battu par des armes automatiques installées dans les arbres en 17; M, C, F, réagissent; le 60 et le 81 tirent au jugé sur 7-7'; M contrebat 17.Cette réaction est efficace, la pression ennemie est moins forte, de nombreux cris de douleur sont perçue en 7-7', les armes automatiques de 17 se taisent quelques instants.
     L'ennemi a répété plusieurs fois cette tentative d'assaut de 7-7’ lorsque vers 6h, l'observateur signale une infiltration en 8-9. Cet angle mort pouvait être battu par "x" spécialement chargée de réaliser la liaison avec mon sous-quartier, mais "x" n'intervient pas. Le 81 on quelques obus fait refluer cet assaillant qui emporte ses hors de combat. De 7-7’ part un véritable feu d'artifice de fusées multicolores ; de 17, 5 à 6 armes automatiques mitraillent M, C, F. En 7-7', les ordres sont donnés. A plusieurs reprises, l'ennemi essaie de déboucher de 7-7'; il est chaque fois cloué sur le talus.
     Le calme, à peu près complet, s'établit vers 7h30?
     Depuis 4h30 environ, la gare fluviale est silencieuse.
    Deux tirs d'arrêt demandée vers 4h et 5h30 n'ont pas reçu satisfaction. Vers 6h, la chenillette du Bataillon m'a remis en "co" des munitions de 60 et de 81; elle rapporte un compte-rendu sur la situation, une demande de munitions de toutes catégories et de fusées; je demande en outre le transport du tir d'arrêt sur 10 (berge française du canal, à 200 m. à l'Est du Pont-rail.
     Mon cycliste, parti au P.C. du bataillon à HOMBLEUX n'est pas de retour à 7h30., J'y dépêche un coureur à 7h45 (situation, munitions, divers). Il n'est jamais retourné.
      Vers 6h30, le Caporal NIQUET (du PA DAVID) m'apporte le renseignement. -"Le PA violemment battu à l'aube par des armes automatiques placées dans les arbres au Nord du Canal n'est plus inquiété depuis 4h30. La fusillade est vive à ma gauche.".
    Vers 6h30, J'ai perçu un combat d'Infanterie vers le Sud (Direction HOMBLEUX).
2°) 9h - 11h30 Attaque de la gare d'OFFOY avec appui d'Artillerie
     Vers 9h, pendant le combat, l'artillerie ennemie bombarde à plusieurs reprises la région Sud de la gare d'OFFOY. Les coups longs de 30 à 40 m. sont dangereux par leurs éclats seulement. Aucune perte.
     Le biplan ennemi nous survolera de temps à autre malgré nos tirs. Vera 9h., avec l'appui de son artillerie et surtout de ses armes automatiques, tendant de museler M, C, F, l'ennemi essaie à deux reprises d'atteindre le remblai 3-4 et la route d'OFFOY en 11 par le cheminement 8-9-11. Les groupes M et C, le 60 interdisent 3-4 et le défilement 16-20 ; L'ennemi reflue en arrière de 7-7’. Mais le 81, malgré la précision de ses tirs, ne parvient pas à enrayer complètement la progression en 8-9 et des éléments apparaissent en 18, en 11, dans les blés. Ils y sont détruits par le F.M. du groupe Ca (une dizaine de cadavres restent sur place). A 10h environ, une arme automatique ouvre le feu de 12 sur F et Ca. Son tir de flanc et fichant, très dangereux, sera neutralisé par le F.M. du réduit à chacune de ses manifestations. Au même moment, l'observateur signale des mouvements vers 1 et l'apparition de deux pots fumigènes vers 20.
          Le 60 continue son harcèlement en 16-7; le 81 tire deux obus sur B, des débris volent, on ne voit plus rien bouger (le Sous-Lieutenant DAVID apprenait le 6 la présence de 15 cadavres allemands entre 5 et B).
          Le canon de 37, en 2 obus, fait exploser les 2 pots fumigènes ; l'ennemi, malgré l'ardeur qu'il y manifeste, ne sort pas de 7-7’. Vers 10h15, le soldat ADA DE-COHEN vient de F : "L'adjudant MARTIN a été blessé au cou en servant le FM du groupe FOURNIER, auquel trois hommes et le Sergent ont été tués. ISNARD & été tué en venant ici; il y a d'autres tués dans la tranchée; 1'Adjudant demande du renfort et un sergent tout de suite."
          Le Sergent SANCINI, 2 hommes du réduit partent aussitôt, conduits par ADADE. Ils trouvent "F" vide, "C" occupé par l'ennemi, ils se replient sur le réduit.
          L'Adjudant MARTIN pansé, mais chancelant, parvient à me rejoindre. "C'est fini, la tranchée a été prise pendant qu'on me pansait. Ah, mes pauvres soldats".
           ADADE-COHEN, volontaire, FERRIE, reçoivent la mission d'interdire M toujours battu par les armes automatiques de 17, le réduit et la tranchée Ca sont violemment pris à partie par 12, 13, 14, du château d'eau (13) Le 60 au jugé et au 1er obus détruit l'arme automatique du château d'eau. Ce château d'eau n'est plus occupé.
           ADADE met hors de combat plusieurs ennemis sur la plate- forme de la gare ; FERRIE abat deux adversaires devant la gare ; 12. est neutralisée, le FM Ca interdit la progression au-delà de 19. L'ennemi reflue partout ; le 60 et le 81 harcèlent la ligne 20. De nombreuses fusées sillonnent l'air en direction de 11 vers 11h30, le F.M. Ca interdit à nouveau le franchissement de 11 (passage à niveau) à un groupe de 5 fantassins qui sont tués dans le caniveau. De nombreux cris de douleur partent de la ligne 20-7-7’-8-9.
            La pression ennemie cesse alors complètement.
            Il me reste : 5 obus de 60, 4 de 81, 400 cartouches de F.M., la fusée 1 chenille verte (je tiens toujours).
            Malgré la violence du feu (particulièrement inscrite sur les cloisons et façades du réduit) un seul homme a été tué. Vers 10h30, une colonne de 10 hommes non identifiés se dirigeait du bois de la 60 Cie vers le Sud. Qu'est-ce ?
- Aucune action apparente à la gare fluviale.
- Le silence en direction de HOMBLEUX.
- Actions d'Infanterie lointaines vers l'Est et l'Ouest.
- A 11 h 45, j'envoie au P.C. du Bataillon, par coureur, le compte-rendu : "Situation critique, je tiens toujours la gare avec le dernier groupe de combat. Envoyez d'urgence munitions toutes catégories." Le coureur n'est pas retourné.
- A 11h50, un agent de transmission porte au Lieutenant MACARIO l’ordre : "Repliez-vous sur le réduit, si vous le jugez possible ; emportez armes et munitions, moins le 37". Ce coureur n'est pas retourné.
- A 12h30, heure à laquelle le coureur parti à 11h45 aurait dû atteindre le P.C. Bataillon, j'envoie la fusée "1 chenille verte".
- A 13 heures, le Lieutenant MACARIO ne m'a pas rejoint. Aucun des coureurs ou cyclistes partis de mon P.C. depuis l'aube ne m'a rejoint.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

III - Attaques successives par le Sud, du Réduit et de M.
            1.) du réduit - 13h - Tout d'abord, l'ennemi donne à son action frontale la même allure qu'à 10h30. Mais il n'est appuyé ni par l'artillerie, ni par 12, ni du château d'eau. M ne semble pas inquiété.
              Le biplan ennemi d'observation nous survole lentement à basse altitude ; le F.M. Ca, les fusils tirent, son moteur semble flancher, il bat de l'aile, fait demi-tour vers le Nord et dis- paraît au ras du bois. A-t-il été atteint ? On ne le revoit plus. L'ennemi ne peut franchir ni la plateforme de la gare ni la ligne 19-18. Ses éléments en 19-18, objectif du F.M, du réduit, se replient à l'abri d'un talus et disparaissent dans les blés.
               Le 60 et le 81 ont tiré leurs derniers obus sur 7-7' - 89. Apportant au réduit l'avant-dernière trousse de cartouches Cet deux trousses de cartouches D, je trouve des hommes toujours calmes et décidés. ADA DE-COHEN est l'admiration de ses camarades. Les cloisons sont littéralement criblées de balles. Le FM "12" qui m'a semblé tirer à mon aller ouvre le feu, trop tard, à mon retour dans la tranchée.
                Vers 14h, l'ennemi semble cesser son action frontale. Quelques minutes plus tard, j'aperçois vers 16, sous les arbres, trois groupes de 7 à 8 hommes au-dessus des blés. La jumelle ne me permet pas de les identifier, l'Adjudant MARTIN, le Sergent JULLIEN hésitent comme moi. J'aperçois finalement les parements du col d'un Officier allemand briller dans un rayon de soleil. Je tire une rafale, trois corps tombent ; tout disparaît. J'indique l'objectif au soldat HAUTEVILLE ; il est tué au moment où il prend le F.M. par un fusil qui vient de se soulever à trente mètres à notre gauche.
                Il me reste deux chargeurs pleins. Je cesse la lutte.
                L'arme automatique n° 12 tire deux rafales sur nous au moment où nous sortons de la tranchée ; elle cesse son feu sur les gestes et ordres de l'Officier allemand.
                La section ennemie nous remet à l'assaillant frontal au château d'eau et retourne à la gare.
-:-:-:-:-:-:-:-:-
2°) Du Groupement M - Le Lieutenant MACARIO n'a pas reçu l'agent de transmission que je lui ai envoyé à 11h50. Pour me soutenir sur ma gauche, il a envoyé vers 12h30 le sergent-chef REVERSO, 6 hommes, 1 F.M. vers 16. Ce F.M. n'étant pas entré en action vers 13h, il ordonne au soldat CORSI d'aller voir ce qui se passe. CORSI trouve uniquement le F.M., il le ramène en M.
        Le Lieutenant MACARIO ouvre le feu sur nous au moment où nous passons devant 7-7’, mais il me reconnait aussitôt.
     Il continue sa résistance jusqu'à complet encerclement à très courte distance (vers 14 h 45).
-:-:-:-:-:-:-:-:-
      L'attaque frontale de la gare d'OFFOY avait été donnée par deux Compagnies, successivement, du 265e R.R. de Mainheim. Le Chef de Bataillon avait été tué. Dans les seuls arbres en 17, l'ennemi accusait une vingtaine de tués.
     Rendant hommage à notre résistance, le Capitaine qui nous ramenait et qui venait de prendre le Commandement du Bataillon, nous demanda ce que je désirais. Mes demandes furent toutes satisfaites : soins de propreté, repos, nourriture, transport en camion jusqu'à une ferme de triage et de là à Cambrai où l'on me sépare définitivement de mes hommes.
-:-:-:-:-:-:-:-:-
Je garantis sur l'honneur la véracité des faits ci-dessus pour en avoir été le témoin ou pour en avoir reçu semblable garantie du Lieutenant MACARIO (paragraphe 2 ci-dessus).
signé: LESNARD

Malheureusement il n'y pas le croquis afin de mieux comprendre ce témoignage ....
Revenir en haut Aller en bas
le gone
Lieutenant
Lieutenant



Messages : 747
Date d'inscription : 05/08/2015
Age : 54

03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: Re: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitimeJeu 28 Mar 2024, 10:04

Merci pour cet historique.
Bien cordialement
Le gone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





03 R.I.A.  ORGANIGRAMME Empty
MessageSujet: Re: 03 R.I.A. ORGANIGRAMME   03 R.I.A.  ORGANIGRAMME I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
03 R.I.A. ORGANIGRAMME
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 29e R.I ORGANIGRAMME
» 155° RAP ORGANIGRAMME
» 09e R.I ORGANIGRAMME
» 42e RIF ORGANIGRAMME
» 43e RIM ORGANIGRAMME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria1940 :: campagne de France :: organigrammes régimentaires :: Infanterie :: Du 1er au 50° régiment d'infanterie-
Sauter vers: